• Facebook

  • Instagram

  • linkedin

  • Archives for problématiques

    règles abondante hémorragiques sang femme

    Règles abondantes : les comprendre et les accompagner naturellement

    "Impossible de sortir de chez moi sans risquer de me tâcher", "Toutes les nuits je me réveille et je dois me changer", "J'ai l'impression de perdre des litres de sang". Les règles abondantes voire hémorragiques peuvent rapidement virer au cauchemar. Comprendre pourquoi cela nous arrive, c'est aussi te permettre de réaliser qu'il y a des axes à travailler pour t'en sortir.

    C’est quoi des règles abondantes ?

    La quantité de sang moyenne qui est perdue lors des règles est de 40-50ml, avec une marge de normalité entre 20 et 80 ml. Dans ce sang perdu on retrouve du sang certes, mais aussi des tissus d’endomètre, des bactéries ou encore des cellules mortes : les règles, c’est un peu le grand nettoyage !

    Au-dessus de 80 ml, on va parler de règles abondantes et au-dessus de 150ml de règles hémorragiques. C’est souvent le cas si tes règles durent plus de 7 jours ou que tu dois changer ta protection au maximum toutes les deux heures. Mais ce n’est pas évident de quantifier ce flux, à moins bien sûr de porter une cup.

    règles abondantes hémorragiques flux menstruel naturopathie

    Le test de Higham : pour un calcul un peu plus précis

    Tu ne portes pas de cup et souhaites te rendre compte plus précisément de la quantité de sang que tu perds ? C’est possible grâce au test de Higham.

    Pour ce test, il te sera nécessaire de repasser sur des protections blanches ou claires si ce n’est pas le cas et de remplir un tableau pendant tes prochaines règles, en fonction de la quantité de sang retrouvé sur la protection (d’où l’importance du blanc).

    A la fin de tes règles, tu calcules ton nombre de points. 100 points sont équivalents à une perte de 80ml.

    règles hémorragiques abondantes médecin

    Règles abondantes/ hémorragiques : ne pas zapper le médecin !

    Tu as fait ton calcul et tu sais maintenant que tes règles sont trop abondantes ? Il est important d’en parler avec ton médecin qui devra rechercher la cause de ces pertes.

    De nombreuses problématiques médicales peuvent les expliquer :

    • grossesse extra-utérine
    • DIU déplacé
    • fibrome, polype
    • troubles de la coagulation
    • endométriose, adénomyose
    • hypothyroïdie

    Une fois le diagnostic établi et si aucune problématique médicale n’a été relevée par ton médecin, l’hyperœstrogénie apparait comme une des causes les plus probables de tes règles abondantes voire hémorragiques.

    Un déséquilibre hormonal comme cause des règles abondantes

    Il est important ici de reprendre les bases : tes règles sont l’écoulement entre autre de la paroi superficielle de ton endomètre qui doit s’éliminer en l’absence de fécondation. Cette paroi s’est développée tout au long du cycle et notamment en épaisseur pendant la phase folliculaire, c’est-à-dire la phase avant l’ovulation, sous l’action des œstrogènes.

    Si tu as trop d’œstrogènes et/ou qu’ils sont non contrebalancés par la progestérone, cela créé une situation d’hyperœstrogénie et amène à une épaisseur d’endomètre beaucoup plus importante. C’est aussi pourquoi les règles abondantes sont généralement accompagnées d’autres manifestations : syndrome prémenstruel avec seins tendus, gonflés, rétention d’eau, irritabilité, migraines…

    Un trop plein d’œstrogènes peut avoir de nombreuses causes comme une alimentation déséquilibrée, une dysbiose ou un foie fatigué, un environnement trop porteur de xéno-œstrogènes mais le déséquilibre peut également venir d’une progestérone trop basse si l’ovulation est absente ou de mauvaise qualité (je te conseille la lecture de l’article L’ovulation : ta nouvelle amie! pour en savoir plus).

    équilibre cycle
    facteurs déséquilibre hormonal

    Que peut-on faire naturellement ?

    Tu comprends donc qu’il sera important de travailler en naturopathie sur ton équilibre hormonal et que cela prendra un peu de temps (un équilibre hormonal se travaille sous 3 mois minimum). Pour cela, on s’attachera à faire des modifications de ton hygiène de vie:

    • alimentation : recherche d’une alimentation riche en nutriments, régulatrice de glycémie, soutenante de ta flore et de ton foie ainsi que de ton cycle
    • stress: gestion du stress car le stress est un très gros perturbateur de ton cycle¹
    • sommeil : sans sommeil, pas d’équilibre !
    • environnement : travail sur les perturbateurs endocriniens
    • un travail sur l’histamine notamment si tu souffres également de troubles juste avant l’ovulation

    Toutes ces pistes devront être adaptées à ta situation et les modifications faites en parallèle d’un suivi médical notamment concernant ta ferritine.

    Côté alliés naturo, tu pourras te tourner vers (toujours en respectant les précautions d’emploi inhérentes à chaque allié) :

    • en plantes: la bourse à pasteur, la vigne rouge. Soit en tisane, soit en extrait fluide pour travailler sur ton flux
    • pour travailler ton équilibre hormonal : l’alchemille en seconde partie de cycle
    • une prise de fer sous forme bisglycinate pour soutenir ton corps : on peut manquer de fer quand on a des règles abondantes mais le manque de fer peut aussi booster le flux. Attention, pas de complémentation sans validation de la carence
    Lire la suite
    cystite infection urinaire naturopathie

    Quand la cystite te pourrit la vie

    Si tu as déjà souffert d'une cystite, ou infection urinaire, tu sais comment cela peut te pourrir la vie : envie pressante, brûlure à la miction, douleurs ... Alors quand la cystite devient chronique, il est important de te pencher sur le pourquoi du comment et de travailler les axes qui vont te permettre de sortir de cet enfer !

    C’est quoi une cystite ?

    La cystite est une infection urinaire très fréquente puisque plus de la moitié des femmes seront touchées au moins une fois au cours de leur vie, avec  deux périodes un peu plus à risque : le début de la vie sexuelle et la ménopause.

    C’est une maladie féminine très liée à notre anatomie : notre urètre est beaucoup plus court que l’homme (3.5cm contre 15cm), ce qui facilite grandement la remontée des bactéries vers notre vessie. On pourra également noter le rapprochement entre notre anus et notre urètre, ce qui facilite encore plus la contamination.

    La cystite est généralement bénigne. En cas d’automédication, si il n’y a pas d’amélioration dans les 48 heures, il est préférable d’aller voir ton médecin. De même si tu développes de la fièvre avec des frissons et/ou des douleurs lombaires, direction le doc car une cystite aiguë peut dégénérer en pyélonéphrite si elle n’est pas correctement gérée (et crois-moi, tu ne veux pas ça !). Le diagnostic de la cystite se fait par test urinaire via une bandelette réactive et le traitement médical est généralement un traitement antibiotique adapté.  Si il n’y a pas d’améliorations, un examen appelé ECBU peut être réalisé en laboratoire pour identifier la bactérie en cause.

    La responsable de ton infection urinaire est dans la grande majorité des cas la bactérie E Coli, mais on peut également nommer le Sphylococcus saprophyticus, la Protéus mirabilis ou encore la Klebsiella pneumoniae et enterobacter.

    cystite infection urinaire naturopathie
    causes cystite infection urinaire

    Cystite : quels sont les signes et les facteurs aggravants ?

    Parmi les signes les plus fréquents, on retrouve :

    • des mictions fréquentes et douloureuses
    • une envie irrépressible d’uriner alors qu’on ne fait que quelques gouttes
    • une sensation de pesanteur dans le bas ventre
    • une urine trouble avec parfois une odeur inhabituelle, malodorante, voire même quelques traces de sang

    Quels sont les facteurs qui vont impacter le développement d’une cystite ?

    • le manque d’eau revient généralement en tête de liste
    • les rapports sexuels : le taux de bactérie est multiplié par 60 dans l’urine après un rapport sexuel. A noter que certaines femmes ont vu leurs cystites disparaitre en changeant de préservatif et en passant sur du non-latex
    • la prise de médicaments comme par exemple la pilule
    • une hygiène non adaptée
    • se retenir de faire pipi régulièrement
    • une candidose ou plus simplement une dysbiose au niveau digestif qui va permettre le surdéveloppement de la bactérie E Coli
    • le port de vêtements trop serrés
    • l’âge : la ménopause est une période à risque pour la femme. La chute des œstrogènes à cette période a un impact sur les muqueuses de la zone qui deviennent plus fragiles et fragilise l’urètre, favorisant encore plus la remontée des bactéries.
    • l’usage de cathéter urinaire ou sonde urinaire, des calculs rénaux qui font obstacle à la bonne évacuation de l’urine, une maladie comme le diabète par exemple…

    Modifier son hygiène de vie pour limiter les cystites

    Grâce à quelques habitudes simples, tu peux déjà grandement limiter les risques d’infections urinaires :

    • boire suffisamment ! Si tu ne dois retenir qu’un conseil, c’est celui-là ! Au minimum 1.5 litre d’eau. Tu peux également rajouter des tisanes de bruyère par exemple (déconseillée aux femmes enceintes ou allaitantes et sous avis médical en cas de traitement) ou de genévrier (déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes)
    • bouge ! évite les stations assises trop longues
    • va uriner régulièrement, ne te retiens pas et surtout vas-y après chaque rapport !
    • évite de porter des vêtements trop serrés et préfère les sous-vêtements en coton
    • aux toilettes pense à t’essuyer d’avant en arrière : E Coli provient de tes intestins et elle profite de la distance relativement courte entre ton anus et ton urètre pour coloniser. Donc ne lui facilite pas la tâche !
    • essaie d’avoir un transit régulier car la constipation favorise la multiplication des bactéries dans le colon.
    • au niveau alimentation, booste ta consommation de produits riches en vitamines C pour soutenir ton immunité. Pense à limiter ce qui est acidifiant (produits animaux en trop grande quantité, sucre raffiné par exemple)
    • soutiens ta flore intestinale et vaginale : le déséquilibre de ces flores impacte fortement la chronicité des cystites. On se tournera notamment vers L Rhamnosus GR1 et L Reuteri RC14. Tu trouveras d’autres pistes dans l’article Plan de soutien pour microbiote équilibré !
    cbd douleurs de règles cycle menstruel naturopathie
    solution cystite infection urinaire

    Les alliés naturo contre les cystites

    Voici quelques alliés en naturopathie qui pourront t’aider à traverser la crise. Je rappelle ici que l’automédication doit être menée avec beaucoup de prudence, que si il n’y a pas d’amélioration rapide ou si apparition de fièvre, on file chez son médecin. Enfin on n’automédiquera pas les enfants, les femmes enceintes ou encore les personnes âgées ou souffrant d’une pathologie. Premier réflexe: boire beaucoup d’eau ! Ensuite tu pourras piocher dans les idées suivantes :

    • l’infusion de thym peut être très intéressante. On peut le mélanger à de la bruyère
    • le jus de canneberge est souvent cité comme la panacée. Attention chez certaines personnes il ne fonctionnera pas
    • le bourgeon de bruyère en gemmothérapie, en traitement mais surtout en modificateur de terrain, dans le cas de cystites récidivantes
    • des probiotiques adaptés
    • un massage d’huile essentielle de Tea tree diluée dans de l’huile végétale sur le bas ventre (2 gouttes HE pour 10 gouttes HV) au moins 3 fois dans la journée

    Pour aller plus loin

    https://ichgcp.net/fr/clinical-trials-registry/NCT00781625

    https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01267052/document

    Lire la suite